Le congolais ne fait que commerce de lui-même, avec tous les percepteurs et polyvoleurs qui défilent chez lui ou à la tête de son pays. Les pressent, l’embrouillent, l’acculent. Aujourd’hui n’en a-t-il pas marre de ces églises de plein évangile et du militantisme politique professé par des pasteurs – percepteurs - polyvoleurs? Ras le bol d’entendre toujours les mêmes discours interchangeables, raz l’bol de racler le fond de leur tirelire, ou de mendier, et d’attendre dire «oui, mais, nous vaincrons ».

Nous vaincrons mais Quand ?

Pauvre Congolais, déjà absent lorsque les faucons impérialistes décidèrent de ton sort en février 1885, et aujourd’hui l’histoire se répète et se construira toujours sans toi ?

Berlin où se réunirent les usurpateurs,
chacun un long couteau à la main.
A Berlin ils couvrirent de lignes obliques, courbes, droites,
droite, courbes, obliques la carte de l’Afrique.
Voici ta part, la tienne la voilà
Prends ces forets, j’avale ces mines d’or,
Laisse ces eaux pour moi,
Prends ces montagnes.
Le Pape sanctifia leur rencontre : “ Dieu a créé cette terre pour nous, Amen.”
 

Aujourd’hui encore, les mêmes usurpateurs à la différence qu’ils se sont fait représentés par leurs vassaux décident des règlements intérieurs  qui doivent régir le CONGO, mis sous tutelle du Rwanda, par la France, Les USA, la Belgique sous la bénédiction des églises catholiques et des Binzambi - zambi ‘’Eglisettes ‘’ sous l’égide de soit disant Pr., Dr, Pasteur, qui pensent se faire crédit en multipliant  des titres honorifiques obtenus dans on ne sait quelles obscures universités.

En votant cette loi fondamentale qu’il ne connaît pas le contenu ni les conséquences; j’ai peur que le congolais se soit trompé de rêve une fois de plus, comme avec l’indépendance. Quel foutoir !

J’admets qu’il soit difficile pour un pays aussi vaste que le Congo, qui souffre encore de 115 ans de léthargie et d’absence de conscience collective, de l’inexercice de gestion de la chose publique d’arriver à une organisation parfaite des élections ou d’un referendum. Dans ce cas, le mieux aurait été d’adopter et s’inspirer du modèle Chinois, pour désigner un certain nombre ou groupe des gens représentatifs de régions fédérales, et qui comprennent les textes et auront la charge de les expliquer  au peuple qui leur ont donné Mandat de les représenter.

Une démocratie au modèle Français n’est pas possible, qui elle-même est encore en stade de balbutiement, si on voit le désordre du paysage politique français, la révolution française ne date que de 1889.

Pauvre Congolais, ces lunatiques au Pouvoir et tenant des églises qui parlent de justice et d’égalité sociale pour une vie soit disant meilleure. Mon cul ! On vous anesthésie simplement l’esprit et la mémoire à coup des sermons, par le biais de ces soit disant pasteurs, et chefs de partis qui déclarent haut et fort, mener plus que la vie d’un chef de l’état. On fait des vous des ventres mous, des êtres sans fierté, avilis par la certitude d’avoir une hypothétique récompense aussi longtemps que vous débourserez assez fort vos économies pour entretenir cette Maffia légale, tout en ayant conscience de laisser à d’autres décider de votre destin.

Congolais sortez de cette léthargie mentale, de cette torpeur politique pour penser à l’avenir du Congo au lieu de laisser aux chiens à la solde d’un minuscule pays lui-même vassal de l’occident, décider de votre lendemain.

Sachez, Peuple du Congo, que ce que le Rwanda n’a pu obtenir par la force, il veut arriver à ses fins par des moyens malicieux, par le canal de ses vassaux Joseph et Azarias Ruberwa, qui en fait dirige le pays via Joseph et lui dicte la volonté du Rwanda. On a la chair de poule en lisant le livre de Honoré NGBANDA, lorsqu'on tombe devant les pages où l'auteur décrit la façon la plus manifeste utilisée par Kagamé pour diriger la RDC via Azarias Ruberwa et Bizima Karaha. Et tant d’autres comme Bemba, qui a un grand père proche Portugais, une grande mère Rwandaise, ou  encore Léon LOBITCH, qui n’a aucun lien de sang avec le CONGO, un Papa Polonais, une maman Rwandaise.

Le Congo admettra ces étrangers naturalisés qu’à la condition de rapatrier tous les biens et les milliards plaquaient à l’étranger et d’œuvrer pour le Congo.
Hommage à Gaston SOUMIALOT qui l’a compris et a demandé le retour de ses trésors des guerres du Soudan voisin.

Aussi longtemps que le pays sera livré et gérer par les étrangers, nous ne connaîtrons  jamais l’essor que nous avons droit.

J’affectionne une phrase de Frantz FANON devenue célèbre qui a été reprise par le centrafricain MOBUTU, qui en a fait l’expérience à ses dépens : <<Un fruit ne tombe que quand il est mûr, mais devant la tempête et la force de l’ouragan, mûr ou pas mûr, il finit toujours par tomber >>.

Soyons ce fruit là, pour l’avenir de nos enfants, pour un Congo, FORT et SOUVERAIN.

Je demande à M. Honoré NGBANDA d’investir les médias internationaux et du RDC pour se faire connaître et faire connaître ses idées, et  de constituer un groupe de réflexions pour tous les aspects des réalités et du quotidien du Congo. Parce que il faut faire table rase, il ne suffit pas de changer les institutions, il faut aussi changer les mentalités, il faut penser à rééduquer le Congolais, sur le civisme, la propreté, la santé, le respect des institutions, du bien public,  la solidarité, l’intérêt supérieur de la nation doit primer sur l’intérêt personnel égoïste.

Je conseille aussi un rapprochement avec M. TSHISEKEDI, et pourquoi pas investir le gouvernement actuel, à l’image des politiques allemands ou belges, sinon une fusion avec l’UDPS en faisant sauter certains caciques de l’UDPS, estimés opposants  économiques du ventre, pour mieux contrer ces vautours au pouvoir, ces ministres au bagage douteux, sans projet, et pourtant je connais des congolais de la diaspora, super intelligent qui ne demande qu’à rentrer pour servir le pays.

Le Congo doit finir avec les nominations fantaisistes dans l’armée comme dans l’administration. C’est pourquoi, je demande à Joseph et Kamere de faire preuve de réalisme, d’arrêter de se foutre du peuple congolais, de lui montrer un peu de respect et démettre tout officier, ministre, gouverneur dont le bagage intellectuel, cursus scolaire ou parcours professionnel n’est pas en adéquation à la fonction occupée.

Je cite l’actuel  chef d’état major général des armées, le chef de la région militaire au Bandundu, le ministre au plan, le ministre aux mines, le ministre de la santé, le vice gouverneur Tabou Ley, je l’aime bien, vieux Kasongo, mais le Congo n’est pas l’Afrisa, brefs faites appel aux chasseurs de tête et faites un remaniement. Trop des ministres ne sont pas leurs places, si je me réfère au cabinet qui a la charge des négociations avec la Chine dans les télécommunications, des délégués qui débarquent à Bruxelles sans canevas, sans cahier des charges. Et qui en dernières minutes les réalisent. On se demande quelle bande des lascars dirige le Congo.

Je demande à Etienne TSHISEKEDI à NGBANDA de ne pas se décourager, une loi est faite pour être abroger, ce référendum, c’est déjà une première victoire fût elle entachée d’irrégularités. Souvenez vous, si longue que soit la nuit, le jour finit toujours par poindre.

Vive le Congo Libre,  souverain et prospère. Berlin se réunirent les usurpateurs